Que signifie être malade du travail? En étant malade du travail, cela peut aller d’une simple tension psychique qui vous ronge, à une fatigue chronique, au burn out, à la dépression, voir à la mort par suicide. C’est le résultat d’une course folle à la productivité qui met en péril l’ambiance de travail et les relations interpersonnelles.

Cette situation du monde du travail de notre société a été décrite et illustrée par une émission de Temps Présent de la télévision Suisse romande et mérite qu’on s’y arrête un petit moment. Non pas pour nous lamenter, mais bien plus pour en devenir conscient et surtout pour commencer à imaginer des mesures que chacun peut prendre de manière individuelle pour se protéger d’une telle descente aux enfers.

Souffrances au travail Temps PrésentQue pouvons nous apprendre en visionnant cette émission? La première constatation c’est que déjà en 1927 dans le Film Metropolis le réalisateur autrichien Fritz Lang a décrit pour l’an 2000 une société qui ressemble beaucoup à notre société d’aujourd’hui. Une société qu’un économiste à qualifié récemment comme un système féodal, dans lequel une grande masse de travailleurs travaillent pour une caste de privilégiés. Dès lors nous ne pouvons pas prétendre que ce qui nous arrive n’était pas prévisible.

La deuxième constatation c’est que la peur, la peur de perdre son emploi conduit une grande majorité de travailleurs à accepter l’inacceptable. les conséquences sont troubles du sommeil, douleurs digestives, mal de dos, migraines, difficultés à assurer le quotidien.

La troisième constatation c’est le silence qui entoure ce qui est souvent considéré comme faiblesse par le monde du travail. Ne pas être à la hauteur du rythme de travail et de la complexité du travail est considéré comme un échec personnel.

La quatrième constatation c’est qu’en ne parlant pas des difficultés rencontrées, on risque souvent de passer à côté de solutions simples qui pourraient améliorer une situation et réduire les souffrances au travail.

Dans un récent article dans le journal Le Temps une recherche récente démontre que plus de 50% des collaborateurs ont démissionné intérieurement. Ceci n’est qu’une preuve de plus si besoin en était pour montrer que notre mode de vie, notre mode de travail, nos modes de production nécessite une profonde réflexion en profondeur avec des changements importants à la clé.