La vie est dans le lien, le lien santé environnement
La vie est dans le lien

Être en santé, qu’est-ce que c’est ?

Cette question est cruciale et elle renvoie à sa source, la vie. Vie et santé sont deux faces d’une même pièce. Alors la question s’impose, la vie c’est quoi ? Est-ce que la vie est dans une chose, un être humain, un animal, un végétal ? Ou dans le lien santé environnement? 

Ce sont de telles questions qui m’ont incité à m’interroger sur ce qui fait la santé et la vie. Eh, oh surprise, j’ai été amené à m’intéresser à toutes sortes de domaines. A la physique quantique, la médecine traditionnelle chinoise et la bio-résonance. 

Sachant donc que le fondement scientifique est important pour beaucoup de personnes avec qui je partage mes réflexions, la lecture d’un livre intitulé « Le lien quantique » écrit par Lynne McTaggart, journaliste scientifique m’a ainsi permis de faire des progrès important de compréhension.

Ainsi ce que je ressentais à travers mes recherches et réflexions a trouvé quelques explications scientifiques.

Le lien 

Qu’explique ce livre ? Il nous confirme ce que beaucoup d’entre nous ressentent. Que nous avons atteint la fin de quelque chose. Le monde tel que nous le connaissons est en train de disparaître. Pendant des centaines d’années nous avons agi contre nature. Nous avons ainsi ignoré notre connexion essentielle. Nous nous sommes défini comme séparés du monde qui existe hors de nous. 

Aujourd’hui, nous avons atteint le point où nous ne pouvons plus vivre selon cette vision erronée de notre vraie nature. Voilà ce qu’elle écrit :

Nous considérons comme évident d’exister comme des êtres autonomes, isolés, qui vivent leurs histoires individuelles, alors que tout le reste – les autres atomes et autres cellules, les autres choses vivantes, les masses terrestres, les planètes, même l’air que nous respirons – existe comme quelque chose des distinct et de totalement séparé. Pendant plus de 300 ans notre vision du monde été forgée par une histoire qui décrivait des êtres isolés rivalisant pour la survie sur une planète solitaire, dans un univers indifférent. , telle qu’elle est définie par la science moderne est essentiellement prédatrice, intéressée et solitaire. 

Depuis, une histoire scientifique totalement nouvelle est en train d’émerger. De plus en plus de modèles traditionnels comment les choses marchent sont en train de partir en fumée. De nouvelles découvertes en physique, biologie et sciences sociales changent notre vision des relations entre les choses vivantes et l’environnement. Il n’y a plus de démarcation claire entre le bout d’une chose et le commencement d’une autre. La vie n’est pas dans la chose, mais dans un lien irréductible et inséparable entre choses. Ceci nous oblige à adopter une nouvelle définition de l’être humain.

Vie est mouvement, évolution 

Son livre explique donc, science à l’appui, que la vie est mouvement, évolution. La vie est dans le lien. Une jolie vidéo peut vous illustrer cela.

Alors, quel enseignement tirer après avoir regardé cette vidéo,

  • que la vie est évolution, mouvement
  • que le grain de sable, la matière ce n’est pas la vie
  • c’est l’énergie, la fréquence, en lien avec la matière qui crée la vie, le mouvement

Qu’est-ce que cela signifie ? Comme le dit Lynne McTaggart : « La vie n’est pas dans la chose, mais dans un lien irréductible et inséparable entre choses. » C’est le lien entre nous et notre environnement, dans le lien santé environnement. Sans ce lien rien ne pourrait se passer.

Informations de l’extérieur

La recherche suggère désormais que l’information coule de l’extérieur vers l’intérieur. Un signal environnemental quelconque avertit le corps que le produit d’une protéine spéciale est nécessaire et c’est le signal environnemental extérieur qui active une expression génétique particulière.

On sait aujourd’hui qu’aucune cellule dans notre corps n’est capable de remplir sa fonction si elle ne reçoit pas un signal de l’extérieure. Ce signal est une fréquence. Envoyé de l’extérieur de la cellule indiquant à celle-ci de modifier son comportement. Ainsi pour qu’une molécule passe à travers la membrane d’une cellule, celle-ci doit recevoir un signal externe des autres molécules lui ouvrant le passage. La membrane d’une cellule contient des centaines de milliers de ces interrupteurs qui possèdent la capacité de réguler la fonction d’une cellule en activant ou en désactivant un certain gène. 

La santé, notre bien-être ou au contraire la maladie, ou notre mal-être dépend donc de ces informations que notre corps, nos organes, nos cellules reçoivent de l’extérieur. Si les fréquences sont en harmonie avec la biologie de notre corps, les récepteurs de signaux peuvent effectuer leur tâches correctement. Si par contre les fréquences sont en disharmonie, le bon fonctionnement est suspendu, et l’autorégulation, la réponse du corps, de l’organe, de la cellule, aux changements externes est compromis. Tôt ou tard cela se traduit par du mal-être, des problèmes de santé, des maladies. Notre corps, ses organes, ses cellule, sont programmés pour la vie, pour se régénérer, se rééquilibrer, se réparer. Mais à condition de recevoir de l’extérieur les bons signaux. 

Conclusion 

Nous devons donc porter notre attention en matière de santé non pas sur la chose, mais sur le lien, les signaux. Sur le lien santé environnement. Avec la biorésonance nous agissons ainsi sur les signaux. Nous corrigeons les signes de disharmonie. Nous renforçons les signes d’harmonie pour que les récepteurs puissent permettre le bon fonctionnement de nos cellules et organes.

Autres ressources 

Santé et lien            Pollution et lien           Bio-résonance et lien