L’environnement est la clé d’une meilleure santé.

“Vivre comme un poisson dans l’eau”, cette expression est utilisée quand on veux exprimer qu’un être vivant est à l’aise, en pleine forme et qu’il montre une vitalité et une envie d’entreprendre qui lui permet de se sentir bien dans son environnement sain. Si au contraire il devrait vivre et évoluer dans un milieu hostile, cette expression ne s’adapterait pas à sa situation.

Que pouvons nous déduire de cela? Que les être vivants ne vivent pas isolés de leur environnement. Ils font partie de leur environnement. Ils sont imbriqués dans leur environnement,  échangent constamment avec lui et y puisent régulièrement certaines ressources.

Milieu hostile?

Quelle est la relation que vous avez avec votre environnement? Vous est-il plutôt hostile ou au contraire  contribue-t-il au développement de votre plein potentiel de santé? Qu’est-ce qui peut entraver la qualité de votre environnement de vie et de travail?

De nombreuses sources agressent notre santé

Nous ne nous rendons pas toujours compte. Notre environnement de vie et de travail est traversé et remplie de nuisances. Des nuisances souvent invisibles. Je pense aux multiples pollutions. Que ce soit l’air, l’eau, le sol, les aliments, notre mode de vie moderne a un impact considérablement sur la nature qui nous entoure. Au point d’ailleurs de fragiliser nos défenses naturelles et nos capacités de nous régénérer et rééquilibrer.

Les principales pollutions

Prenons par exemple l’air intérieur et extérieur que nous respirons. De nombreux micro polluants dénaturent l’air naturel dont notre corps a besoin.

L’eau que nous buvons, que ce soit l’eau du robinet ou l’eau enfermée dans des bouteilles sont des eaux mortes. Une bonne eau doit être une eau structurée, hexagonale afin de pouvoir irriguer l’intérieur de nos cellules.

De nombreuses activités humaines polluent sol et aliments ainsi que les animaux qui s’y ressourcent. Métaux lourds, pesticides, antibiotiques, substances chimiques se répandent ainsi à travers la chaîne alimentaire jusqu’ dans nos corps.

Depuis les années 80 une nouvelle pollution se répand à une vitesse vertigineuse, la pollution des ondes électromagnétiques. Et l’humanité n’est pas encore au claire si cette pollution pourra un jour être responsable d’une catastrophe sanitaire mondiale. Mais les lanceurs d’alertes ne manquent pas, Y compris l’Organisation Mondiale de la santé qui a classifié électro-smog comme potentiellement cancérigène.

Les organismes génétiquement modifiés et les perturbateurs endocriniens sont encore d’autres sources de pollution. Souvent l’humanité ne découvre les risques que des décennies plus tard, comme par exemple pour la fumée passive, l’amiante ou le glyphosate.

Principe de précaution, transformer le milieu hostile en un environnement sain

Se pose alors la question si votre santé vous tient suffisamment à coeur pour pratiquer le principe de précaution:

« l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement ou à la santé humaine à un coût économiquement acceptable »

Par des moyens adéquats, il nous est donc possible de nous protéger contre les effets et risques d’un environnement pollué. Si vous portez votre attention sur la relation que vous entretenez avec votre environnement, vous découvrirez des moyens qui vous conviennent pour vous protéger mieux. Des moyens qui vont vous permettre de transformer un milieu hostile en un environnement sain, plus salutogène.