Original extérieur et modèle intérieur

Comment nous échangeons nos informations avec le monde extérieur (situation, suggestion de solution, idées) à nous, comment nous agissons sur le monde extérieur? Ces transactions entre notre modèle intérieur (notre manière de penser, sentir) et notre extérieur déterminent en grande partie la qualité de vie. Ce monde extérieur n’est pas uniquement fait de matière (environnement physique), mais aussi d’informations qui nous touchent.

Ce qu’il convient de savoir, c’est que nous n’avons pas directement accès à notre environnement. Nos sens nous stimulent et nous envoient des informations que notre cerveau doit interpréter. Nous nous trouvons donc en face de deux situations, une situation originale et une situation interprétée que nous appelons modèle.

L’original de la réalité et le modèle intérieur

La compréhension de cette réalité « Original – Interprétation ou Modèle » détermine votre qualité de vie. Si votre interprétation correspond à la réalité de l’original dans toute son étendue et sa profondeur il y a équilibre. Dans le cas contraire il y a déséquilibre et risque de conflits.

Tout détachement de cette réalité vous conduit immanquablement vers des conflits

  • intra-personnel (à l’intérieur de vous-même avec une non concordance entre intuition et raisonnement),
  • inter-personnel (entre différentes personnes ou groupes)

Voilà comment fonctionne l’interaction entre modèle intérieur et original extérieur:

l'original et notre modèle intérieur

Le conflit intra personnel

il s’agit ici d’un conflit interne que vous pouvez avoir entre votre intuition et votre raison. Pour pouvoir agir efficacement face à une situation, une idée, une personne doit rechercher une cohérence entre raison et intuition. En cas de conflit intra personnel elle émet des signaux contradictoires. (nous émettons 62 bits à la seconde dont 1 bit seulement arrive à la conscience de votre interlocuteur). Si votre communication non verbale et inconsciente n’exprime pas le même message que votre communication verbale, votre interlocuteur le ressens et cela affecte les résultats.

C’est la raison pour laquelle il faut croire en ce que vous faites. Il faut travailler la communication intérieure de manière ciblée et ordonnée. La maîtrise de ses émotions, de ses sentiments, de ses intuitions en fait partie. Les livres sur le secret, les quatre accords toltèques ou encore le non-jugement y contribuent grandement.

Le conflit interpersonnel

se déclare quand deux personnes ou groupes ont des interprétations différentes d’une situation originale. Et quand chaque personne désire donner la priorité à son interprétation, à son modèle. Nous aboutissons alors à une communication mercantile. Pour accorder les perceptions entre deux modèles et un original il n’y a qu’un moyen efficace, la communication. Aucun autre moyen ne le permet, même pas la force. Pensez par exemple à Mandela qui croupissait en prison pour son modèle de perception.

Un conflit entre groupes est une autre expression d’un détachement de la réalité. Les modèles de perceptions des uns et des autres ne correspondent pas à la situation originale dans toute son étendue et sa profondeur, d’où des actions et des réactions inadéquates et de conflits.

Mais qu’est-ce qui rend la perception d’un original si difficile?

C’est tout d’abord notre conviction que ce que nous pensons est juste. Que notre cerveau à raison et ne peut se tromper. Mais aucun cerveau n’a été livré avec un certificat de garantie. Ce que notre corps reçoit à travers les 5 sens correspond à 10 puissance 10 de bits pour une capacité de transfert dans notre conscient de 16 bits par seconde. Nous nous trouvons donc en face d’un facteur de réduction de 625 millions sur 1. Il est dès lors possible de parler de l’étroitesse de note conscience. Mais alors devons-nous abandonner tout de suite nos efforts de rechercher une concordance entre les modèles de perceptions des uns et des autres et l’original d’une situation? Certainement pas, mais nous devons nous rendre compte que la tâche est ardue. La communication, l’organisation, la résolution de problèmes communs est difficile. Seul une approche méthodique et ordonnée permet d’améliorer les compétences transversales et les échanges.

A ce stade je vous invite à conduire une réflexion sur ce phénomène des filtres de perception.

Il est très rare que le modèle intérieur que nous avons d’une situation, d’une idée, d’un objet, d’un message, d’une pensée corresponde à la réalité dans toute son étendue et sa profondeur. Notre attention se concentre souvent davantage sur notre monde intérieur que sur notre monde extérieur.

Les enregistrements du passé

Nos modèles sont toujours l’expression de nos enregistrements passés, souvent enrichi de notre créativité, de nos émotions, notre sensibilité du moment; limité par notre approximation, notre indiscipline. Il y a toujours un certain détachement de la réalité à la fois par ajout et par réduction. L’original et le modèle sont toujours en interactions. Et nous jugeons toujours l’original avec nos modèles intérieurs; souvent comme le modèle de ce que nous considérons comme bien et ce que nous considérons comme mal pour nous. Mais nos modèles sont-ils adéquats, permettent-ils de saisir une réalité rapidement et complètement? Si nous voulons saisir un original, nous ne devons jamais nous concentrer sur nos modèles intérieurs. Nous devons nous ouvrir pour explorer l’original et vérifier si le modèle intérieur que nous désirons appliquer corresponde bien à cette réalité dans toute son étendue et sa profondeur. Si le modèle de comportement n’est pas choisi de manière adéquate nos actions ou réactions seront également inadéquates à moins de bénéficier d’un hasard exceptionnel.

La nécessite de l’apprendre

Nous devons donc apprendre à nous poser la question suivante:

**Est-ce que mon modèle intérieur est adéquat pour la situation?

**Est-ce que je connais suffisamment la situation dans toute son étendue et sa profondeur pour être en mesure de choisir le modèle adéquat ou dois-je pratiquer la halte créative et le jugement différé?

Nous avons tous en nous des réactions de défense qui s’enclenchent de manière spontanée et inconsciente face à une situation, une idée, un objet ou un message. Nous devons donc apprendre à les maîtriser; à interrompre les chaînes de pensées automatiques pour dégager un espace de réflexion consciente. Apprenez donc à pratiquer la halte créative.

Mais voila notre nature peut nous jouer des tours. Nous sommes créatifs, nous sommes indisciplinés et nous sommes sensibles et de ce fait nous avons souvent des difficultés de maîtriser nos modèles intérieurs face aux situations originales. Notre image de nous, notre image de ce qui est bien ou mal déclenchent souvent des discours intérieurs en nous qui nous conduisent à nous occuper davantage de nos modèles que de la réalité de l’original. C’est le mitote de Don Miguel Ruiz dans son livre les quatre accords toltèques, issu de notre domestication qui prend le dessus sans se préoccuper de la réalité. La question qui se pose à nous, comment devons-nous faire pour interrompre cette tempête intérieure pour pouvoir nous concentrer sur l’original du monde extérieur? Comment orienter notre attention sur l’original?

Qui peut nous aider à comprendre?

En lisant le livre de Don Miguel Ruiz, vous allez comprendre comment nos modèles intérieurs se sont formés et comment ils nous pourrissent la vie si nous ne sommes pas en mesure de les maîtriser. De plus il propose 4 accords qui doivent vous permettre de vous éviter d’être affecté par vos modèles intérieurs inadéquats. Voici ces accords : quoi qu’il arrive n’en fait pas une affaire personnelle, ne fais pas de suppositions, fais toujours de ton mieux. Commencez à pratiquer les 4 accord toltèque et votre vie se transformera. De mon côté je vous propose deux outils qui doivent vous aider à stopper la tempête intérieure et le tourner en rond. Il s’agit de la halte créative et du jugement différé. Ces outils vous aident à trouver l’espace et la sérénité nécessaire pour ensuite conduire une exploration active sur l’original de manière discursive, toujours dans le but de vous aider à choisir les modèles intérieurs qui correspondent à la réalité de l’original ou encore dans le but de transformer, enrichir vos modèles intérieurs.

Que faut-il retenir en résumé, que tout original quel qu’il soit est toujours perçu avec nos modèles intérieurs et seulement une exploration en interaction avec d’autres nous permet de mieux saisir la réalité dans toute son étendue et sa profondeur.