Trouver sa voie n’est pas toujours facile

Avec beaucoup de sensibilité et de tendresse Fernandel démontre cette difficulté qu’un être humain peut avoir pour trouver sa voie.

Il n’y a rien à ajouté sinon mettre en évidence la conclusion; “Un beau jour j’en ai fait mon métier, un peu forcé, presque obligé. J’avais trouvé mon existence. Maintenant je sais pourquoi je suis heureux comme ça.

Des gagnants et des perdants

Réaliser un rêve quel qu’il soit est une questions d’attitude, attitude de “winner”.

Voici comment Mats Wilander explique cela, de manière simple.Mats Wilander, chroniqueur à L’Equipe: «Dans la vie, il y a les winners et il y a les losers. Pour moi, Nadal est l’archétype du winner. Et il le sera dans tout ce qu’il entreprendra pour le reste de sa vie. Je le vois, je le sens. Il peut perdre ou gagner, ça ne change rien, absolument rien, à ce qu’il tente d’accomplir. Rien ne le dévie de sa route. Et il met tout dans son sac à expérience, le bon comme le mauvais, pour le transformer en énergie positive. Un loser, lui, est reconnaissable à sa démarche inverse, il espère qu’une victoire changera le cours de son existence. Il finit non seulement par avoir peur de perdre mais, pire encore, de gagner. Nadal, lui, s’en fout complètement.»